Sols humifères : quels avantages et inconvénients ?

Véritable aubaine pour le jardinier, un sol humifère permet de cultiver de nombreux végétaux, lesquels trouveront des composantes fondamentales à leur développement. Tour d’horizon sur les caractéristiques d’une terre humifère avant d’examiner les différents végétaux les plus adaptés à ce type de sol.

Définition d’un sol humifère

Une terre humifère est un sol riche en humus. Il est la résultante de la dégradation de la matière organique provenant des végétaux. La terre est visuellement reconnaissable à l’aide de sa couleur brune, très sombre, voire même noire. Poreux, le sol humifère est également identifiable grâce notamment à la présence de quelques plantes. A l’image du bouton d’or, de la fougère, de l’ortie, du genêt, de la bruyère, etc. Outre le repère visuel, après une averse, le sol humifère dégage une odeur de champignon.
En fin de compte, ce type de sol est composé de fragments de végétaux et de humus. Une singularité qui s’explique par l’espace dans lequel il se situe (bois, forêt, etc.).
Petit conseil de jardinage, si votre sol est calcaire, mélangez-le à du terreau riche en humus. Cette association aidera à la croissance de vos végétaux.

Avantages et inconvénients

Un terreau riche en humus est prisé pour ses nombreux bienfaits. Outre sa fertilité évidente, ce type de sol retient l’eau, sans pour autant être hermétique et collant, à l’instar du sol argileux. Humide et léger, il est assez simple à travailler et exige peu d’effort. Sans aucune ambiguïté, c’est le terreau le plus approprié pour les jardiniers en herbe.
Cependant, il présente quelques difficultés qu’il faut prendre en considération. Tout d’abord, avant de planter les différentes cultures, une opération de nettoyage est vivement recommandée, au moins pour enlever les débris en décomposition. Au demeurant, le sol s’assèche en un instant quant l’été est très chaud. Par ailleurs, il s’appauvrit un peu trop facilement. Et sa richesse en acidité ne l’autorise à cultiver que certains végétaux.
Sachez que pour cultiver votre jardin, il est déconseillé de l’agrémenter avec un engrais comprenant de l’azote. En effet, le sol humifère en possède bien assez.

Quels végétaux pour une terre humifère ?

Un sol humifère est une bénédiction pour le jardinier. Ce terreau a la possibilité de cultiver bon nombre de végétaux en tous genres, lesquels affectionnent tout particulièrement ce sol riche.
Dans les fruits et légumes, vous pouvez cultiver du céleri, des carottes, du poireau, de la tomate, de l’ail, de l’oseille, de la rhubarbe et des fraisiers.
En ce qui concerne les plantes fleuries ou décoratives, vous avez la possibilité de semer de la gentiane, des cyclamens, de l’anémone, des clématites, du lys, du lupin, etc.
Du côté des arbres, des arbustes et des plantes ornementales, vous serez en mesure de planter du bambou, un saule, un bouleau, un peuplier, du houx, des magnolias, du liquidambar, etc.
Quant aux arbres fruitiers, vous retrouverez le pommier, le myrtillier et le framboisier.
Et pour finir des plantes de bruyères avec l’azalée, le camélia, l’hortensia et le rhododendron.

Vous êtes ici : SHCG » Entretien du jardin » Sols humifères : quels avantages et inconvénients ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *