La vidéosurveillance : la solution idéale pour surveiller l’extérieure de votre maison

Caméras IP pour surveillance extéreure

Parce qu’aucune maison n’est à l’abri des cambrioleurs malintentionnés, voilà la raison pour laquelle il est important de se protéger. Ce dernier requiert l’utilisation d’une technologie de pointe, soit l’installation d’une caméra de surveillance pour surveiller l’ensemble de votre extérieure. Encore faut-il que vous sachiez les critères de bases pour sélectionner une camera IP.

Le choix d’une caméra : les caractéristiques de bases du choix

Avec l’avancée de la technologie, la gamme de caméras proposée sur le marché devient assez étendue. Ce qui effectivement va rendre votre choix beaucoup plus compliqué. Nous vous avons alors établi quelques conseils utiles pouvant vous aider à choisir le modèle adapté à vos besoins.

La définition du but de la surveillance

Notons que l’objectif de la surveillance sera de déterminer le champ de vision afin de bien positionner votre caméra. Cela dit, en premier lieu, il est très important que vous définissiez le but de la surveillance, s’il s’agit d’une vue d’ensemble ou de détails. En effet, en tant que professionnel ou même particulier, lorsque vous avez besoin de surveiller votre local, il est tout à fait nécessaire d’avoir un aperçu d’ensemble. Ce dernier vous permettra d’identifier avec plus de précision les images enregistrées.

La zone de couverture de la caméra

Évidemment, la zone à couvrir permet d’identifier le type de caméra à utiliser et le nombre de caméras exigibles pour la surveillance de votre extérieure. Cela dit, pour un lieu donné, il sera indispensable que vous indiquiez le nombre de rayons dignes d’intérêt. Vous devriez toujours vous demander si ces zones en question sont assez proches les unes des autres ou non, afin que vous puissiez découvrir le pourcentage de l’espace à protéger.

La Caméra Wifi : pour une meilleure surveillance de votre extérieure

Vous êtes en déplacement et vous souhaitez garder un œil sur votre résidence ? Laissez-vous séduire par les dernières inventions offertes par l’évolution du monde numérique. Nous vous proposons des caméras IP spécialement conçues pour l’extérieur. Parce que nous savions que votre sécurité et celle de votre famille sont plus qu’important, voilà pourquoi, nous vous conseillons d’opter pour le modèle de caméra IP FI9928P.

Le modèle Foscam FI9928P : Ce qu’il faut savoir

Dans le domaine du high-tech, la caméra de surveillance modèle « Foscam FI9928P » en est le dernier cri. Il s’agit d’un système de vidéosurveillance particulièrement destiné en extérieur faisant usage de l’adresse IP et qui fonctionne grâce à internet. C’est grâce à ce principe que les propriétaires ont l’opportunité de visionner le contenu de la vidéo à distance à partir d’un ordinateur, d’un smartphone. En effet, tous les appareils doivent alors être connectés à internet. Grâce à sa fonction « mode nocturne », votre vision reste précise même dans l’obscurité complète.

La Caméra Wifi : pour un usage plus professionnel

Êtes-vous à la recherche d’une caméra de surveillance surtout lorsque vous vous absentiez à la maison ? Aujourd’hui, nombreuses sont les caméras de surveillance sur le marché idéalement adaptées aussi bien pour les entreprises que les particuliers. Toutefois, nous vous rappelons que des caméras à usage public, vous devriez vous équiper d’un modèle issu du décret du 3 août 2007. Elle devient même un dispositif de sécurité pratique et bien efficace.

Les caméras de surveillance : ce que disent les réglementations de la loi

En effet, il est important que vous fassiez une déclaration à la CNIL pour tout projet d’installation d’une caméra vidéosurveillance. Il s’agit d’une justification de l’installation proprement dite face à la loi. Ainsi, vous devriez préciser les différentes modalités d’enregistrement.
Un formulaire CERFA qui remplit en bonne et due forme et le plan de fixation des caméras doivent accompagner cette déclaration. Par ailleurs, professionnel ou particulier, vous êtes tenu de bien vous renseigner en ce qui concerne les pièces à fournir avant la soumission de votre demande.
Ainsi, afin de toujours avoir l’œil en permanence sur l’ensemble de votre résidence et des personnes qui y approchent à moins de quelques mètres, choisissez et installez une caméra de surveillance en allant sur le site CFP Sécurité

Vous êtes ici : SHCG » Entretien du jardin

Comment semer les carottes ?

Les carottes sont des légumes racines particulièrement intéressants puisqu’ils permettent de manger des crudités à une saison où elles sont plus rares qu’en plein été. Sinon, cuites, en hiver, elles accompagnent de nombreux plats de viandes, de légumes, de gratins, de potages… La carotte a, en outre, la qualité de bien se conserver durant l’hiver. Toutefois, son semis est relativement délicat. Focus sur comment semer des carottes.

Le semis de carottes

Pour une bonne réussite de vos semis de carottes, vous devez veiller à bien préparer le sol : il doit être ameubli et débarrassé des cailloux qui sont autant d’obstacles souterrains au bon développement des racines. Evitez les fumures trop fraîches qui brûlent les jeunes racines, ainsi que les apports importants d’azote qui favorisent le développement des feuilles au détriment des racines.

Tracez des sillons à peine creusés, espacés de 25 à 30 cm, et disposez les graines qui sont petites, au cœur de ce sillon, en les recouvrant d’une pellicule de terre fine, avant de plomber légèrement avec le dos d’un râteau pour qu’elles soient bien en contact avec la terre. Pour un semis sans fatigue, utilisez des spaghettis pour planter vos graines. Il suffit de tremper le bout d’un spaghetti dans l’eau, ainsi mouillé, une ou graines colleront facilement sur le bout de pâte que vous n’aurez plus qu’à enfoncer dans la terre. Ludique, les enfants peuvent aussi participer. Une chouette expérience familiale dans le jardin

Quand semer les carottes ?

On distingue généralement les carottes hâtives ou à forcer, des carottes destinées à la conservation.

Les premières se sèment de la fin février à début avril sous châssis, et se récoltent environ 80 jours plus tard. Les secondes se sèment de mi-mai, lorsque la terre s’est réchauffée (7°C), jusqu’à fin juin. Si vous semez dans une terre encore trop froide, vous risquez de voir vos graines pourrir. Elles se récoltent au moins 3 mois plus tard..

Vous êtes ici : SHCG » Entretien du jardin

Comment bien entretenir ou aménager son jardin pour l’automne ?

Préparer son jardin pour l'automne

Un jardin est un lieu durablement aménagé où l’on cultive de façon ordonnée des plantes sélectionnées. C’est un lieu de repos et de rêverie solitaire ou partagée. Et pour cela, il faut l’entretenir régulièrement, l’aménager davantage afin de le préparer aux effets des différentes saisons, en particulier l’automne. L’automne est la saison où les journées sont plus froides et la terre plus humide en raison des pluies qui sont plus régulières. Que doit-on donc faire pour mieux entretenir son jardin en automne ? Ce n’est pas forcément la saison la convenable pour jardiner, mais il ne faut négliger cette période de l’année pour les travaux de jardinage.

Il faut travailler le sol

Après l’avoir sollicité pendant près de deux saisons, il convient d’apporter un peu de soin à votre sol ou de l’entretenir. Il vous faut alors bêcher et entailler le sol tout en évitant de briser les nouvelles racines ou celles qui ne sont pas dures. Il faut ensuite l’enrichir en utilisant non pas seulement des engrais à usage uniquement local, mais aussi des fertilisants naturels comme du compost ou leur équivalent. Il ne faut pas oublier de conserver les feuilles mortes qui peuvent encore servir de paillis. Il faut également vidanger le système d’irrigation et arroser régulièrement les conifères et plantes à feuillage persistant.

Il faut aménager les haies et les arbustes

En ce moment où le froid arrive à petit coup, il est convenable que les haies soient tailler une dernière fois pour éviter qu’elles ne pourrissent. C’est aussi le moment idéal pour tailler les arbustes, pour qu’ils puissent se développer convenablement. En effet lorsqu’ils jaunissent, les arbustes commencent à ramener de la sève à leurs racines qui risquent le dépérissement. Il faut également arracher les herbes indésirables et tailler le feuillage des plantes vivaces ainsi que les tiges des plantes sensibles aux insectes.

Entretenir la pelouse

En automne, les feuilles mortes doivent être régulièrement ratissées de la pelouse dès qu’elles commencent à tomber. Ceci est nécessaire et doit se faire le plus souvent pour éviter que votre pelouse soit jaunie et envahie de mousse. Aussi, il faut tondre votre gazon à une hauteur minimale de 5 cm afin qu’il résiste mieux aux mauvaises herbes et absorbe moins de lumière.

Planter les bulbes

Si vous voulez de belles couleurs, l’automne est la saison idéale pour planter des bulbes. Avec la fraicheur et l’humidité du printemps, la terre peut devenir sèche et poreuse en été, alors les bulbes doivent être plantés dans la terre à une profondeur d’environ deux fois leur taille. Ils peuvent passer l’hiver sous terre pour fleurir au printemps. Aussi leur orientation est cruciale pour qu’ils puissent fleurir d’une manière splendide et magnifique.

Planter, repiquer, transplanter

Avec le sol encore tiède après l’été, L’automne est la saison idéale pour planter, repiquer ou transplanter des arbres et des plantes. C’est l’idéale pour un repiquage sans souci des nouvelles plantes afin d’apporter une touche de couleur à votre environnement aménagé. C’est le moment où on a avantage à protéger avec des paillis, des clôtures à neige, des toiles isolantes,… les plantes peu rustiques ou greffées ainsi les jeunes arbres à écorce tendre. Il faut aussi protéger leur écorce en enrobant leur tronc de jute.

L’automne approche, et mieux entretenir son jardin, c’est profiter d’un environnement paisible en hiver.

Vous êtes ici : SHCG » Entretien du jardin

L’été n’est pas finit, il est encore temps d’aménager son jardin pour l’arrière saison

Aménager son jardin pour les beaux jours

Les beaux jours vont bientôt se terminer, il est temps de sortir les gants, les pelles, les râteaux et d’attaquer l’étendue des herbes hautes sur son jardin. À part le désherbage, on doit aussi aménager son extérieur dans toute sa totalité. Meubles de jardin, piscine, recouvrement de sol, plantation, il existe plusieurs façons de s’occuper de son jardin après les beaux jours.

Un bon recouvrement du sol

Quand il fait beau, on a tendance à rester de longues heures sur son jardin. Avant de disposer les meubles, les jeux pour enfants et les barbecues, le recouvrement du sol passe en premier. Naturel et pratique aux yeux des enfants, la pelouse est l’indispensable pour avoir un peu d’espace vert chez soi. Mais elle nécessite un entretien périodique (ramassage de déchets, arrachage de mauvaises herbes et désherbage). Pour une superficie dépassant les 50 m², il est conseillé de choisir d’autres types de recouvrement sur une partie du sol. On peut par exemple opter pour une terrasse en pierre ou en bois. Adapté aux besoins de tous, le dallage reste une solution peu coûteuse pour l’aménagement de jardin. Compact ou épars, il présente à la fois un avantage pratique et esthétique. En fonction du budget, on peut choisir le type de matériaux, pierre, brique ou bien ciment. Comme dernière solution de recouvrement, le gravier est populaire pour une allée de garage. Cependant, il nécessite une vigilance particulière au cas où un enfant serait tenté à en mettre dans sa bouche.

Opter pour des plantes de jardin

On peut également aménager son extérieur avec des plantes de jardin. Plantes, parterres de fleurs et arbustes, il y en a pour tous les goûts et en fonction du type de sol. Avec un sol argileux, lourd et compact, il vaudrait mieux choisir des plantes avec une faible consommation d’eau. On peut y planter une certaine variété d’arbres comme le peuplier, le hêtre, le cerisier ou encore le pommier. Les rosiers, les plantes grimpantes, les primevères, les violettes, les géraniums vivaces, les pivoines et les narcisses s’y plairont aussi. Un sol à dominance calcaire convient au forsythia, aux lilas, au tilleul, au charme, au bouleau, aux oliviers, aux géraniums, aux œillets et aux pivoines. Ce type de sol est favorable au potager avec des carottes, des aubergines, des choux, des melons et des tomates. Par contre, un sol sableux peut accueillir des plantes comme les azalées, les camélias, les tulipes, les jacinthes, les cactus et les plantes grasses. On peut toujours envisager de planter des végétations dans des pots, une solution qui ne dépend pas du type de sol.

Aménager son jardin est tout un art et de l’aide est souvent la bienvenue. N’hésitez pas à consulter certains guides comme Pourmonjardin.fr pour vous assurer de faire les bons choix dans vos produits ou projets d’aménagement extérieurs.

Aménager un espace rempli d’eau

Pour une ambiance relaxante et décorative, la piscine, le bassin ou la fontaine s’impose. Si l’espace extérieur est assez grand, on peut y aménager une piscine. Par contre, pour un espace plus petit, il vaudrait mieux opter pour le bassin ou pour la fontaine. Naturelle et écologique, cette dernière option permet même d’avoir de jolis poissons dans l’aménagement de jardin. Tout autour, des rochers ou des plantes peuvent servir à la fois de barrière et de décoration.

Vous êtes ici : SHCG » Entretien du jardin

Grosse chaleur d’été : votre jardin a-t-il subit des dommages ?

Jardin en été

Tout être vivant est victime lorsqu’on parle de la grosse chaleur de l’été. Mais plus que tout, les plantes souffrent durant cette période. Ils reçoivent directement la chaleur qu’émet notre beau soleil. Voyons ce qui se passe dans nos amis les végétaux en pleine chaleur.

Les effets de la chaleur d’été

Les plantes sont très sensibles tant à au gros froideur qu’à la grosse chaleur : tout excès est mauvais. C’est pour cela qu’il faut toujours garder un œil sur notre jardin. La lumière du soleil est l’ingrédient principal pour la survie et la croissance des végétaux. Elle favorise la photosynthèse ce qui constitue le rôle majeur, voire essentiel, des plantes. Mais à forte chaleur, les plantes limitent leurs activités. Pour se rassasier de leur besoin en eau, même pour limiter leur besoin en eau afin de se protéger, elles cessent de pousser et même de produire des boutons à fleur. L’intensité lumineuse violente cause une brûlure irrémédiable au niveau des feuilles. Pire encore, le mal arrosage des plantes suivi d’un séchage du sol affectent beaucoup l’évapotranspiration des plantes.

L’importance de l’arrosage au temps propice

Il faut bien entretenir son jardin pas seulement en hiver, mais aussi en plein été où nos plantes devront faire face à des problèmes causés par une forte chaleur. Il faut avantager l’arrosage. Mais surtout, il faut arroser au bon moment. Il faut se tourner vers l’arrosage goutte à goutte pour une hydratation continue au niveau des racines. L’idéal est d’arroser une fois en pleine journée et une fois le soir à deux heures environ après que le soleil s’assombrit. Mais, si on utilise de l’eau du puits, il faut éviter l’arrosage en crépuscule pour lutter au choc thermique. C’est parce que l’eau du puits est très fraîche et il va y avoir une variation brusque de température au niveau de la racine. Mais il faut surtout s’abstenir à ne pas mouiller les feuillages pour préserver les plantes des maladies cryptogamiques. Les gazons ne doivent pas être arrosés tous les jours mêmes en forte chaleur, il est plus économique de les arroser une fois tous les 2 ou 3 jours. Ils ont une résistance assez résistante et habituée.

Autres manœuvres à ne pas négliger

Au cœur d’une chaleur vivace de la journée, il faut ombrer les plantes en pots et les plantes sensibles. Épancher un paillis pour les sols nus afin de se protéger de l’échauffement extrême de la couche superficielle et pour limiter l’évaporation du sol. Cette couche limite aussi le développement des mauvaises herbes. Dans une serre, il faut maximiser la ventilation en ouvrant le maximum d’ouverture possible. L’ombrage est impérial en ces temps où la chaleur du soleil étouffe, c’est aussi pour se protéger de la brûlure des feuilles sous l’effet de la loupe des vitres. Il faut aussi penser à tailler les plantes pour les limiter l’évaporation. Pour cela, il faut utiliser des outils désinfectés et affutés, et couper nettement 5mm au-dessus d’un œil. Il faut aussi bien entretenir son jardin et éliminer toutes les feuilles mortes, les tiges malades.

La forte canicule provoque un dysfonctionnement de l’équilibre des végétaux. Cher amoureux des plantes, il faut prendre soin de notre coin vert surtout en grosse chaleur d’été pour les protéger des effets dévastateurs de la forte température.

Vous êtes ici : SHCG » Entretien du jardin

Qu’est-ce qu’une bâche à bulle pour piscine ?

Bâche à bulles pour piscine

Qu’est-ce qu’une couverture de piscine ? Comment ça marche ? Comment l’installer ? Si c’est ce que vous pensez, alors vous avez de la chance, parce que nous pencher sur le sujet.

À moins que vous ne fassiez partie de ces aventuriers (sinon fous) qui aiment plonger dans une piscine glacée, vous voulez peut-être garder votre piscine au chaud. Mais avant de vous lancer sur le marché et d’acheter ce cher chauffage à gaz ou électrique, avez-vous pensé à une bâche à bulle pour piscine ?

Qu’est-ce qu’une bâche de piscine ?

Une couverture de piscine n’empêche pas seulement les débris et la saleté d’entrer dans votre piscine, mais elle sert également à réchauffer l’eau. Elle capte la chaleur du soleil et la transfère directement dans votre piscine pour la garder au chaud. Selon l’endroit où vous vous trouvez, cette couverture pourrait ne pas garder votre piscine aussi chaude qu’un chauffage au gaz ou à l’électricité, mais le compromis est qu’elle vous fait économiser de l’argent en réduisant l’évaporation.

Comment ça marche ?

Une couverture solaire de piscine fonctionne comme une loupe pour amplifier l’effet des rayons du soleil. Si vous avez déjà tenu une loupe entre une feuille de papier et le soleil, vous savez probablement comment cela fonctionne.
Cependant, vous devez vous rappeler que tous les types de couverture solaire ne fonctionnent pas de la même manière ou ne produisent pas le même effet, donc, la clé est d’obtenir la bonne couverture pour votre piscine.

Comment l’installer ?

Nous allons maintenant examiner l’une des questions les plus fréquemment posées : bâches à bulles pour piscine vers le haut ou vers le bas ? Le bas est la bonne réponse.

Ces bâches à bulles pour piscine fonctionnent par les rayons du soleil qui chauffent l’air emprisonné dans les bulles. La chaleur est ensuite transférée dans l’eau, et c’est pourquoi vous devez vous assurer que les bulles sont orientées vers le bas en direction de l’eau. De plus, les couvertures fonctionnent en emprisonnant la chaleur dans votre piscine. Donc les jours froids, l’eau de votre piscine retiendra l’énergie gagnée pendant la journée ; les bulles aideront à emprisonner cette chaleur.
Cette couverture utilise une technologie simple mais efficace qui vous permettra de nager confortablement pendant la saison de baignade.

Si vous installez la couverture alors que les bulles sont orientées vers le haut, le processus de chauffage de votre piscine peut prendre plus de temps, et même endommager les bulles. Ceci parce que les bulles ne feront pas directement face à l’eau de la piscine. Elles surchaufferont simplement au soleil et n’auront nulle part où transférer la chaleur. Cela signifie que les Rayons doivent passer par une autre couche (la couverture) avant d’atteindre l’eau.

En conclusion

Si vous vous demandiez si vous devez mettre les couvertures solaires vers le haut ou vers le bas, maintenant vous savez quel est le meilleur côté. Pensez à ces bâches pour une piscine comme des couvertures thermiques pour votre piscine. Lorsque les rayons du soleil réchauffent la couverture solaire, celle-ci commence à réchauffer l’eau qui se trouve en dessous. Et selon la durée pendant laquelle la couverture reste dans l’eau, elle retient la chaleur même lorsque les températures chutent.

Vous êtes ici : SHCG » Entretien du jardin

Pourquoi utiliser une pompe à eau ?

C'est un dispositif qui permet de mettre en mouvement l'eau d'un endroit A à un lieu B suivant un procédé d'aspiration et de refoulement. Il existe sur le marché différents types de pompes à eau et chaque modèle sert à un usage précis.

La pompe à eau s'offre un vrai succès

La pompe à eau se retrouve dans tous les magazines. Le côté pratique est généralement vanté par les vendeurs. Pourtant avant d'acheter ce genre de produit, il convient tout de même de bien cerner son utilisation. Elle permet de pomper et d'utiliser des eaux notamment d'endroits comme des puits, des bassins… Cela vous promet des économies à la clé. En effet, vous n'aurez aucune facture à payer, car ces eaux proviennent de sources naturelles. Cet avantage concerne ceux qui utilisent les pompes à eau pour irriguer leurs cultures, leur jardin ou encore ceux qui optent pour la pompe à chaleur pour faire fonctionner leur chauffe-eau.. On peut citer le cas de la Belgique où dans certaines communes, des pompes à eau ont été installées afin de pouvoir récupérer les eaux de pluie et les redistribuer aux familles.

Comment trouver une pompe à eau ?

On n’est pas à l'abri d'une inondation, des problèmes de canalisations, une fosse septique qui déborde. Les magasins spécialisés sont les premiers endroits où l'on peut se procurer ces articles. Sur les sites d'e-commerce, vous trouverez également différents types de pompes à eau à des prix très variés. Les coûts ne sont pas les mêmes selon les modèles, les concepts. Une pompe à eau peut valoir en moyenne entre 100 et 800 euros, voire légèrement plus pour les modèles disposant d'écrans LCD et de LED. Vider sa piscine après la saison, évacuer l'eau d'une cave, arroser son jardin avec des eaux de pluie, la pompe à eau est un article indispensable. Il convient seulement de bien choisir le modèle adapté à l'utilisation.

Vous êtes ici : SHCG » Entretien du jardin

Tondre son gazon : quelles sont les trois meilleures tondeuses de 2018 ?

Chercher une tondeuse à gazon d’une excellente fiabilité n’est pas facile, en particulier lorsqu’il est nécessaire de trouver un point de vente de pièces pour tondeuse. Cependant, il est toujours plus pratique d’avoir la liste des quelques meilleures tondeuses de cette année. Malgré que le choix soit restreint, il est plus indiqué de se fier à ce genre de sélection pour tomber sur un appareil de qualité.

La Greenworks Tools 2500007

Greenworks est une filiale de Groupe Globe qui est consacrée uniquement à la conception d’appareil pour le jardinage et l’entretien de l’espace extérieur. Dans la catégorie tondeuse, le modèle Greenworks Tools 2500007 est celui qui se démarque le plus du fait de l’absence de fil. Il fonctionne grâce à une batterie au Lithium-ion de 40 V de taille modeste (40cm) qui passe inaperçu. La tonte de la pelouse se fait de manière simple et en toute sécurité. Une poignée ergonomique et des roues motorisées permettent de travailler efficacement. L’autonomie offre une utilisation pouvant tondre jusqu’à 800 m2.

La Black & Decker CLMA4820L2-QW

Black & Decker est une marque américaine connue pour ses équipements et outillages destinés au jardinage et au bricolage. Ce modèle CLMA4820L2-QW découle donc d’un savoir-faire de plus d’un siècle en matière d’appareil électrique et thermique. Il est doté d’un moteur puissant assisté par la technologie Autosense qui régule automatiquement la vitesse de tonte pour améliorer l’autonomie de la batterie. Qui plus est, il s’agit d’une tondeuse 3-en-1 qui coupe les herbes, les ramasse et les hache ensuite.

L’Alpina Bl510sge

Alpina est une marque de Global Garden Product qui est un concepteur et fabricant réputé d’équipements motorisés pour l’entretien du jardin. La tondeuse Bl510sge est un modèle à moteur thermique de 160cc qui peut tondre une superficie de 1500 m2 sans difficulté. Elle dispose d’un bac de 60 litres pour contenir les déchets. Ces derniers peuvent être transformés en engrais grâce à la fonction mulching.

Vous êtes ici : SHCG » Entretien du jardin

Cultivateur ou motoculteur ? Quelle est la différence ?

Différence entre motoculteur et cultivateur

Quelle est la différence entre un cultivateur et un motoculteur ? À cette période de l’année, vous pouvez voir des produits annoncés qui utilisent les deux termes et se demandent s’il s’agit de la même chose. Ils ne le sont pas ! Les motoculteurs et les cultivateurs de jardin ont des buts distincts et les deux peuvent être très utiles au jardinier sérieux.

Les motoculteurs sont utilisés au début et à la fin de la saison de croissance pour briser les sols durs et en faire une consistance idéale pour l’enracinement des plantes. Les racines ne peuvent pas traverser un sol dur et croustillant, mais elles adoreront un sol moelleux et humide. Au début de la saison, un motoculteur à conducteur accompagnant préparera le jardin pour la plantation. A la fin de la saison, il travaillera dans toute la vie végétale restante, ce qui lui permettra de se décomposer naturellement. Les motoculteurs s’enfoncent profondément dans le sol, jusqu’à 7-1/2″ sur certains modèles, comme le motoculteur DR Roto-Hog Power Tiller.

Les cultivateurs de jardin sont généralement plus petits que les motoculteurs et ne sont pas disponibles dans les modèles remorqués. Ils sont utilisés pour le travail du sol dans les mauvaises herbes entre les rangs du jardin pendant la saison de croissance. C’est un moyen facile d’entretenir votre jardin surélevé sans désherber les mains et les genoux. Pour les petits jardins, ils peuvent remplacer entièrement le motoculteur, car la machine plus grande peut ne pas être nécessaire. Ils labourent souvent plus superficiellement qu’un gros motoculteur, car il suffit de cultiver les quelques centimètres supérieurs pour éliminer les mauvaises herbes pendant la saison de croissance. Le mini-cultivateur DR Roto-Hog est un cultivateur fantastique en ce sens qu’il travaille jusqu’à une profondeur de 10″, ce qui en fait un outil idéal pour cultiver entre les rangs ou pour labourer de plus petits jardins.

Vous êtes ici : SHCG » Entretien du jardin

Quand commencer à planter sa pelouse ?

planter sa pelouse

L’hiver est manifestement en train de s’en aller. Il est bientôt loin le temps des matinées froides, où on espérait voir quelques raillons de soleil venir nous réchauffer. Là, c’est l’été qui commence à s’entrevoir à l’horizon. Vous réentendez les oiseaux chanter allègrement à votre fenêtre. Et vous pensez déjà à ensemencer une belle pelouse où il fera bon de se prélasser. C’est bien ! Toutefois, il faut d’abord savoir quand commencer à planter votre pelouse. On ne plante pas du gazon à toutes les périodes de l’année. Certains principes sont à prendre en compte. On ne sème pas non plus un gazon comme on sèmerait d’autres végétaux. Vous devrez suivre une procédure bien définie. Certaines erreurs sont également à éviter quand on plante sa pelouse. Grâce aux conseils avisés d’un paysagiste quimperois, nous vous montrons quand vous y prendre, pour avoir un gazon impeccable !

Une plantation de gazon au printemps

Deux périodes sont particulièrement indiquées pour commencer à planter sa pelouse. Il s’agît du printemps et de l’automne.

Si vous choisissez de semer votre gazon durant le printemps, vous devrez vous y prendre entre le 15 mars et le 15 juin. Pour bien effectuer l’ensemencement, il est préférable de labourer la terre pendant les mois d’Octobre ou bien de Novembre. Mais vous devez continuer à travailler le sol en le retournant régulièrement pour le préparer à la plantation.

L’avantage de planter votre pelouse au printemps c’est que la pousse se fait plus vite. Ce qui va permettre à votre gazon de croître rapidement. Prenez garde cependant à ne pas planter vos semis tardivement. Car vous pouvez vous retrouver avec un sol trop sec. Ce qui nuirait à votre gazon qui a besoin d’humidité. Vous devrez donc l’arroser fréquemment.

Il est à noter que le début de l’ensemencement de votre pelouse dépendra de l’endroit où vous vous situez en Hexagone. Si vous habitez au sud de la France, vous pouvez commencer à planter au mois de février ou même au début de celui de mars. Cette période peut s’étendre jusqu’à la moitié de mai. Mais passé ce délai, il n’est pas recommandé de poursuivre le travail de plantation. Car on entre dans une période de forte chaleur et le sol est très sec. Par contre, si vous vivez dans une zone froide, semez votre gazon de préférence au mois d’Avril et vers la fin de celui de juin.

Ensemencer sa pelouse en Automne, le moment idéal

L’automne est le moment propice pour commencer une plantation de pelouse. Elle se situe de la fin du mois d’août à la moitié de celui de novembre. Semer votre gazon en automne, c’est disposer d’une terre qui se laboure sans grande difficulté. Vous aurez aussi moins de mauvaises herbes à enlever.

Ce qui est recherchée, c’est de planter ses semis avant l’approche de l’hiver. Cela permettra aux graines d’avoir du temps pour vite croître. Vous obtiendrez ainsi un joli gazon très abondant.

Par ailleurs, si vous habitez dans la moitié du sud de France, commencez à ensemencer dès le début de septembre jusqu’à fin Novembre. Mais si vous êtes dans un endroit froid, débutez dès la mi août jusqu’à fin Octobre.

Quelques erreurs à éviter

Pour obtenir une belle pelouse, certaines erreurs sont à éviter. Vous ne devez pas ensemencer avant des périodes de froid intense ou de sécheresse. Dès que les graines sont mises sous terre, vous devrez procéder à un arrosage très fréquent. Vos semences ne doivent pas manquer d’eau durant les semaines qui suivent leur plantation. Enfin, conformez-vous aux périodes indiquées pour commencer à planter une pelouse. Et cela, toute en prenant en compte la zone géographique où vous vous situez.

Vous êtes ici : SHCG » Entretien du jardin