Abutilon

Nom commun : Erable de salon, érable de maison
Famille : Malvacées
Origine : Plante native de zones tempérées, tropicales et subtropicales de diverses régions du globe : Brésil, Californie, Guatémala, Nouvelle-Zélande, Bassin méditerranéen.

Description

Au genre abutilon, se rattachent des plantes ligneuses qui se couvrent du début du printemps jusqu’à la fin de l’automne de jolies fleurs en forme de clochettes. La plupart des sujets cultivés portent un feuillage vert moucheté, légèrement duveteux. Certaines espèces d’abutilon sont arbustives et atteignent 1,50 m, d’autres sont des plantes rampantes. Abutilon hybridum porte des feuilles de 5 à 8 cm de long ressemblant à celles de l’érable et des fleurs d’environ 5 cm de diamètre.

Bien soignées, ces plantes peuvent vivre de nombreuses années.

Espèces cultivées en intérieur

Abutilon hybridum (érable florifère) résulte comme son nom l’indique du croisement de plusieurs espèces. Certaines variétés atteignent 1,50 m en hauteur comme en largeur et fleurissent très jeunes. Les fleurs, de 5 cm de diamètre, campanulées et tombantes, ont 5 pétales et un calice vert pâle de 2,5 cm. Parmi les variétés les plus connues, on trouve Boule de Neige à fleurs blanches et étamines oranges, Golden Fleece et Canary Bird à fleurs jaunes, Master Hugh à fleurs roses, Ashford Red et Nobob à fleurs rouge foncé, Orange Glow à fleurs jaune orangé.

Abutilon megapotamicum arbuste à tiges minces et rampantes. Ses feuilles dentées mesurent de 5 à 10 cm et ses fleurs jaunes, qui abritent de grandes enthères brunes, sont en partie cachées par un long calice rouge. A. m. Variegata se distingue de l’espèce par ses feuilles tachetées de jaune.

Abutilon pictum (autrefois, Abutilon striatum) : surtout représenté par A. p. Thompsonii. Ses feuilles sont vert foncé richement marbrée de jaune. Ces marbrures sont en fait imputables à un virus inoffensif qui se transmet souvent par greffe. Ses feuilles, longues de 7 à 15 cm et presque autant de large, présentant de 3 à 5 lobes. Les fleurs saumon peuvent atteindre 5 cm et sont veinées de rouge et contenues dans un petit calice vert pâle. A. p. Pleniflorum a un feuillage vert tantôt uni, tantôt panaché.

Soins

  • L’abutilon a besoin de beaucoup de lumière mais craint les rayons directs du soleil. Un peu de soleil voilé lui fait toutefois le plus grand bien. Seuls les sujets âgés acceptent le plein soleil.
  • La plante peut être mise dehors l’été dans un endroit semi-ombragé et rentrée au début de l’automne.
  • Dés le début du printemps, il est nécessaire de supprimer le vieux bois et les branches gênantes afin d’aérer la plante et provoquer une repousse harmonieuse. Réduire les tiges d’un tiers.
  • En été, la plante s’accomode de la température normale d’une maison, entre 18 et 21. En hiver, la température idéale est de 15 à peine sans descendre au dessous de 8. Cette plante est rustique dans le midi.
  • Arroser généreusement en période de croissance et de floraison, en particulier par temps chaud mais sans jamais laisser d’eau dans la soucoupe. Laisser sécher sur environ 1 cm entre les arrosages. En hiver, arroser modérément sans laisser la terre se dessécher complètement.
  • Enrichir d’engrais liquide tous les 15 jours pendant la période de croissance. Cesser toute fertilisation le reste de l’année.
  • Rempoter chaque année au printemps dans des contenants légèrement plus grands. Utiliser un compost assez riche et bien drainé à base de terreau.

Problèmes

  • Maladies et erreurs de culture : Feuilles brunies, jaunies ou fanées par endroit : dégâts dus au soleil direct surtout chez les sujets jeunes. La chute des feuilles peut suivre très rapidement.Chute soudaine des feuilles et des fleurs : brusques changements de températures, courants d’air. Avant de mettre la plante à l’extérieur en été, il peut être nécessaire de l’endurcir un peu en ne la sortant que quelques heures par jour au départ.
  • Parasites : Les araignées rouges provoquent la chute des fleurs et des feuilles et l’anémie de la plante. Ces insectes tissent un voile gris à l’aisselle et au revers des feuilles. Passer un tampon mouillé d’eau savonneuse ou traiter à l’acaricide. Augmenter le taux d’humidité par des bassinages sans oublier le revers des feuilles et en mettant la plante sur un lit de cailloux reposant dans de l’eau. Une atmosphère trop sèche favorise en effet l’apparition de ces parasites.
    Présence de pucerons : éliminer les insectes avec un vaporisateur ou sous le jet modéré d’une douche.
    Présence de mouches blanches : utiliser un insecticide car il n’est pas facile de se débarrasser de ces insectes.

Multiplication

Certains hybrides se reproduisent très bien par semis mais les espèces ou variétés panachés s’obtiennent par bouturage. Au printemps ou pendant l’été, prélever des segments de rameau de 7 à 10 cm. Tremper la base dans de la poudre d’hormones de bouturage et planter dans une terrine ou des godets remplis d’un mélange de tourbe et de sable humide. Enfermer dans des sachets de plastique et placer à la lumière tamisée et à une température d’au moins 21.

L’enracinement prend de 2 à 4 semaines. Retirer alors les sachets et rempoter en pots individuels, n’arroser que pour maintenir un taux minimum d’humidité en conservant à l’abri du soleil. Au bout de quelques temps, la plante produira de nouvelles pousses. La floraison peut intervenir un mois plus tard.

Retour à l’annuaire des plantes